Vidéos X en streaming : témoignages de 3 français qui aiment regarder du porno

La pornographie sur internet est un trésor inépuisable, une caverne d’AliBaba : le nombre de vidéos X se comptent en centaines de milliers et il y a en a pour tous les goûts (hétérosexuel-LGBT, soft-hard, amateur-pro). Et oui, sur le web tous vos désirs seront exaucés ! Depuis l’essor des sites de vidéos X en streaming (youporn, tukif, pornhub, redtube…), l’accès à la pornographie est libéralisé et banalisé : il est gratuit et accessible partout !

Et oui, nous avons tous regardé une fois dans notre vie un film pornographique. D’ailleurs, ¼ des français sont des consommateurs réguliers tout âge confondu, c’est-à-dire en incluant même nos grands-parents, c’est pour dire... Ainsi, nous nous rendons sur ces sites pas très catholiques plusieurs fois par semaine et même par jour selon des chiffres communiquées par GQ. Bande de petit(e)s coquin(e)s !


Pourtant les françaises et les français ne consomment pas tous de la même façon un film X. La fréquentation, le type de vidéo choisi, l’endroit, le moment diffèrent selon les individus, selon le sexe, la catégorie CSP… Et vous alors, comment préférez-vous regarder votre film porno ?


Pour en savoir plus, nous avons interrogé Franck, Julie et Rani* qui ont bien voulu témoigner pour Sensation Homme.



Vidéos X en streaming : amateur ou professionnel ?


Rani, 29 ans et chauffeur de taxi, est un fan inconditionnel d’actrices porno célèbres : Clara Morgan, Nikita Bellucci, Victoria June, Mia Khalifa

« Je connais toute leurs vidéos en accès libre sur internet ! »

Pour Rani, rien de mieux qu’une bimbo au corps de rêve. Et Rani annonce direct la couleur :

« C’est en tout cas, ce qui m’excite le plus ! »

Franck lui, tape plutôt dans les porn en streaming d’amatrices françaises :

« Je préfère une vidéo qui paraît plus naturelle avec une scène de sexe plus authentique et avec des figurants qui me ressemblent ».

Le nantais de 40 ans qui travaille dans une association précise :

« Les femmes et les hommes ont tous leurs défauts physiques et habitent la plupart du temps dans des appartements modestes, tout comme moi. C’est la vraie vie quoi ! »

Lire aussi : Homme fontaine : les femmes ne sont les seules à savoir squirter


Quant à Julie, 35 ans et comptable, elle préfère les productions X scénarisées un peu plus travaillée :

« J’aime voir un côté romantique et érotique dans ces vidéos. Avant que ça parte en live bien-sûr ! »

dit-elle avec sourire. Julie fait partie des 4% de françaises qui déclarent regarder au moins un film porno par mois.


Vidéos classiques ou extrêmes ?


Masturbation féminine et masculine, quelle vidéo porno d’accompagnement ?


Cette fois encore, Rani n’y va pas de main morte : il aime le sale.

«En fait, j’ai pas mal de fantasmes que j’assouvie sur internet. Et je l’avoue, c’est parfois un peu brutal : deepthroat, triple pénétration, bukkake …. »

Mais Rani nous rassure :

« Je sais différencier la fiction de la réalité. J’aime kiffé des choses que je ne pourrais jamais faire dans la vraie vie. Un peu comme un jeu vidéo. »


Concernant Julie, elle est plutôt dans le soft comparé à Rani :

« Mes vidéos préférées peuvent-être bestiales par moment mais je reste quand même assez classique ».

Elle poursuit :

« L’important, c’est l’intensité de la rencontre et du moment. Je recherche plus des vidéos dans des endroits insolites avec des décors bien imaginés et travaillés. »

Enfin Franck a un petit penchant pour les vidéos X en streaming qui finissent avec une éjaculation buccale.


Quantité vs qualité


Et sinon à quelle fréquentation regardez-vous vos films pornos ?

Julie s’accorde environ 2 plaisirs par semaine. Franck se masturbe 1 fois devant un film X en streaming tous les 2 jours, souvent le soir après une dure journée de boulot. Rani est le highscore du trio : il se masturbe 2 à 3 fois par jours devant un film cochon.


Lire aussi : Quelles sont les Européennes les plus débridées au lit ?


Julie aime prendre son temps :

« J’aime profiter du film et même quand j’ai fini de me masturber, je finis le film jusqu’à la fin. »

D’ailleurs, sa journée idéale pour un visionnage coquin est plutôt le dimanche, surtout si la météo pluvieuse la motive à rester chez elle au chaud.




Grâce à son abonnement sur un site X spécialisé, Julie se regarde uniquement un film par session, mais Franck lui, s’ouvre des dizaines d’onglets sur son ordinateur :

« J’aime passer rapidement d’une vidéo à l’autre avant de jouir sur celle que je kiffe le plus »

nous confie le jeune homme. Franck est abonné au site de partage de vidéos Onlyfans.


Lire aussi : Nos conseils et astuces pour entretenir votre sextoy et avoir une hygiène irréprochable


Rani préfère se trouver une vidéo et la diffuser sur sa TV grand écran. Rani n’a pas vraiment de moment, il se matte une film X gratuit en streaming quand il en a l’occasion.

« La masturbation est un plaisir sain qui ne fait de mal à personne, pourquoi s’en priver ? »

Conclusion


Ces témoignages n’ont naturellement pas la prétention de dresser un bilan complet de la consommation de films pornographiques en France. Il s’agit plutôt d’une étude qualitative sur 3 profils différents. Il est ainsi intéressé de remarquer la différence d’usage de la pornographie selon les individus (le sexe, l’âge, la catégorie CSP). Il existe d’ailleurs autant de façon de se mater un film qu’il existe de vidéos X différentes.

Pour finir, Sensation Homme recommande chaudement d’accompagner vos moments de détente devant des vidéos X en streaming avec l’utilisation d’une vaginette. Vos kiffs n’en seront que plus intenses ! N’hésitez pas à consulter nos produits (masturbateur manuel, automatique ou stimulateur de point P) pour en savoir plus.